Archives de catégorie : Aromathérapie

L’aromathérapie est l’utilisation des composés aromatiques extraits de plantes, les huiles essentielles, à des fins médicales. Cela la différencie de la phytothérapie qui fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante.

Originellement pratiquée selon une approche traditionnelle, comme une branche de la phytothérapie, elle s’apparentait à la naturopathie et était alors classée parmi les médecines non-conventionnelles. De plus en plus étudiée par les scientifiques notamment dans le cadre de la pharmacognosie, qui apporte des preuves aux propriétés des huiles essentielles, elle peut maintenant être pratiquée selon les principes de la médecine factuelle par les professionnels de santé.

Le terme a été utilisé pour la première fois par le chimiste René Maurice Gattefossé en 1935. Il vient du latin « aroma », grec « ἄρωμα – arôma » = arôme et du grec « θεραπεία – therapeia » = soin, cure.

Comment extrait-on les Huiles Essentielles ?

COMMENT  DISTILLE T’ ON LES HUILES ESSENTIELLES

En Chine et en Inde, le procédé de distillation était connu depuis longtemps.

Elle est arrivée dans nos contrées en passant par les pays asiatiques, ensuite par la Grèce où elle était utilisée couramment. De nos jours, on essaie au maximum d’utiliser les plantes locales pour en tirer les huiles essentielles. Et grâce au retour en force de la culture biologique, la qualité des HE est encore meilleure.

On peut extraire l’huile essentielle de différentes manières. Voyons cela en détail.

La Distillation

La définition de la distillation est : un procédé de séparation de mélange de substances liquides dont les températures d’ébullition sont différentes.

Sous l’effet de la chaleur, les substances se vaporisent successive­ment, et la vapeur obtenue est alors condensée pour donner le distillat. Ainsi, en faisant chauffer les parties de la plante choisie, la vapeur créée libère les huiles essentielles. La densi­té des HE étant différente de celle de l’eau, celles-ci sont récupérées dans ce que l’on appelle un « essencier ». Une partie infime des HE reste dans l’eau, c’est ce que l’on appelle l’eau florale ou hydrolat.

La durée de distillation varie d’une plante à l’autre. Ainsi, pour certaines plantes, quelques minutes suffiront alors que pour d’autres il faudra près d’une centaine d’heures.

L’extraction

De nos jours, l’extraction des HE se fait principalement grâce à des solvants chimiques, en particulier l’hexane. Dans le passé, on a beaucoup utilisé le benzène mais celui-ci est maintenant interdit car trop toxique. Dans les temps encore plus anciens, le solvant utilisé était la graisse animale, mais vu son coût élevé, on ne s’en sert plus de nos jours. Juste à titre informatif, ce procédé à base de graisse animale, s’appelle l’enfleurage.

La pression à froid

Ce procédé d’extraction des HE est réservé aux zestes tels que citron, orange, mandarine ou pamplemousse. De nos jours, on utilise un procédé utilisant des éponges naturelles. Les zestes sont pressés à froid et l’HE (qui n’en est en fait pas vraiment une) est récupérée par les éponges. Il suffit alors de presser les éponges pour récupérer l’HE en la séparant de l’eau qui lui est restée attachée et en la filtrant.

Vous l’avez sans doute déjà remarqué, lorsque vous pressez le zeste d’un citron ou d’une orange, il en sort une substance qui a tendance à piquer les yeux, il s’agit de son huile essentielle.

Le prix des HE peut parfois sembler très élevé mais plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Ainsi il faut tenir compte du lieu de culture de la plante, de la quantité de plantes disponible (vous savez que le prix s’établit selon la loi de l’offre et de la demande), du rapport entre la quantité de plantes et de la quantité d’HE extraite, du temps qu’il faut pour l’extraction des HE, du fait qu’elles soient bio ou pas, de bonne qualité ou pas, …

Voici quelques exemples assez impressionnants :

100 kg d’eucalyptus pour produire 3 kg d’HE

100 kg de lavande pour produire 2,9 kg d’HE

100 kg de sauge pour produire environ 1,8 kg d’HE

100 kg de roses pour produire 500gr d’HE (ou une trentaine de roses pour obtenir une goutte d’HE !!)

100 kg de thym pour produire 200 gr d’HE

100 kg d’ylang-ylang pour produire 100 gr d’HE

100 kg de fleurs d’oranger pour produire 100 gr d’HE

Sens olfactif

Il est certain que notre premier pas se dirigera vers l’HE qui nous plaira le mieux au niveau de notre sens olfactif.

En effet, l’une de leurs principales propriétés
est de plaire à notre nez, foyer de notre sens olfactif. Cela mis à part, vous constaterez qu’elles vous apporteront beaucoup de bien-être et leurs principales propriétés sont d’être anti infectieuses,
antibactériennes, antivirales et antifongiques. Mais en plus de ces propriétés, elles possèdent chacune des actions qui leurs sont propres et qui vous aideront à vous soigner, à vous protéger, à renforcer votre organisme, à vous calmer,à vous tonifier, enfin à vous guérir.

L’avantage de l’utilisation des HE, est qu’elles ont un effet positif tant au niveau physique que psychologiques.
 De plus, vous pourrez utiliser ces HE de différentes
manières et les adapter à vos envies ou vos besoins. Certaines HE peuvent être absorbées oralement mais attention,il faut être très prudent et surtout, n’hésitez
 pas à prendre conseil auprès d’un professionnel, tel un naturopathe par exemple car certaines HE sont réellement très dangereuses.

 Vous pourrez choisir de les utiliser dans un brûle-parfums
pour répandre une odeur agréable dans votre maison, et activer notre sens olfactif.
Faire des inhalations (principalement en cas de sinusites ou autre inflammation respiratoire).
 Idéales dans un bon bain chaud, non seulement vous leur permettrez d’entrer en contact avec votre peau et donc,
 par capillarité, les HE entreront en douceur dans votre organisme afin de lui apporter davantage de bien-être
  mais vous pourrez aussi en ressentir les bienfaits au niveau olfactif.
 Bonheur suprême,ne vous privez jamais d’un excellent massage aux huiles essentielles (toujours ajoutées à une huile de base).
  Les HE ont une action non négligeable sur la santé
de votre corps mais également sur votre santé psychique.

Vous me direz que, pour certaines plantes en tout cas, vous les consommez régulièrement.
C’est très bien, surtout continuez, cependant, j’attire votre attention sur le fait que l’HE est un véritable concentré de principes actifs.
Pour avaler l’équivalent d’une seule goutte d’HE, il vous faudrait avaler plusieurs dizaines voire même centaines de la plante d’origine.
 Précisons également que les huiles essentielles sont tirées de différentes parties de la même plante et ont parfois
des actions totalement différentes.

 Les HE ont pour origine aussi bien les racines,
que le tronc (pour la cannelle par exemple), que les feuilles, les fleurs, les fruits ou encore la résine (pour le benjoin par exemple).

Certaines huiles essentielles sont utilisées comme antibiotique, l’avantage est qu’elles ne détruisent pas la flore intestinale qui nous est si précieuse, contrairement aux antibiotiques allopathiques.
Avez-vous déjà essayé de comprendre le mot « maladie » ? C’est tout simple,il suffit juste d’y penser : mal a dit, le mal vous dit quelque chose.
 La plupart du temps hélas, dans notre société où il nous faut toujours et encore courir, nous n’essayons pas de comprendre ce que notre corps, ce que le « mal » a à nous dire et nous soignons les effets plutôt que la cause.
La maladie, c’est notre corps qui s’exprime et qui vous fait savoir qu’il y a un dysfonctionnement, un encrassement, quelque part.

Dès lors, notre corps offre moins de protection contre les microbes et autres agresseurs pour pénètrent donc plus facilement dans notre organisme et empirent encore les choses.
Le corps a alors beaucoup de difficultés à se défendre contre l’envahisseur.
Notre corps possède différents circuits pour éliminer ces hôtes indésirables.
Et chaque HE agit sur un circuit particulier, d’une manière particulière qui lui est propre.
Certaines d’entre elles suivant le circuit utilisé pour être éliminé aurontun effet drainant sur ces circuits.
Il est d’ailleurs conseillé de boire énormément
lorsque vous vous soignez grâce à l’aromathérapie.

 

 

 

 

Aromathérapie.

Qu’est-ce que l’Aromathérapie ?

L’histoire de l’aromathérapie remonte aux civilisations les plus anciennes.
Que ce soit en Égypte ou en Inde, l’art d’utiliser les huiles essentielles faisait partie de rituel et n’était pas vraiment une question de parfums.

L’aromathérapie, tout comme beaucoup d’autres branches de la médecine naturelle (naturopathie, homéopathie,
acupuncture, réflexologie, …), considère l’homme comme un tout, on parle alors de médecine holistique.
Ainsi, le but de cette médecine naturelle qu’est
l’aromathérapie est de chercher, d’après les symptômes de la maladie, la cause de ces symptômes.

Elle ne se contente pas de soigner les effets, elle va rechercher la cause profonde de ce mal-être.
Ainsi, elle va prendre le temps de connaître le profil
du malade sous toutes les coutures afin de trouver la thérapie spécifique qui correspondra exactement à son malade, prenant ainsi en compte que chaque individu
 est différent et que chacun réagit différemment à une cause déterminée.

Vous constaterez que l’aromathérapie est utilisée depuis la nuit des temps.
En effet, les scientifiques ont pu prouver que nos ancêtres d’il y a 5000 ans, se servaient déjà des bienfaits des huiles essentielles, tout comme nous pour fabriquer
des huiles aromatiques, des crèmes pour se soigner, tant au niveau du corps physique que pour leur permettre de prendre soin de leur âme.

Tout comme dans la civilisation Égyptienne, la croyance était que ces huiles étaient bénéfiques pour vénérer les dieux, et en contrepartie, ils pensaient que les dieux
pouvaient s’exprimer grâce aux parfums que les hommes offraient aux dieux qu’ils vénéraient.
Les parfums des huiles essentielles étaient également utilisés afin de permettre aux morts d’entrer dans cet autre monde, d’y être accueillis car ils pensaient qu’il était important d’avoir une odeur agréable pour pouvoir pénétrer au royaume des morts.

  On a donc la preuve irréfutable que les Égyptiens de l’antiquité utilisaient parfaitement les huiles essentielles, tout autant que la phytothérapie (se soigner par les plantes).

  Ils considéraient toutes ces substances comme des
cadeaux et dieux et s’en servaient dans leur vie de tous les jours. Ils s’en servaient également dans la cuisine afin de conserver les aliments.
Les prêtres préparaient des décoctions à base d’huiles essentielles afin d’élever les esprits, de se rapprocher
des dieux, pour aider à la méditation (tout comme nous le faisons encore de nos jours).

En Inde, ils utilisaient déjà les huiles essentielles depuis plus de 1600 ans avant Jésus-Christ.
Cela a été prouvé grâce à leurs livres sacrés qui se réfèrent donc à l’utilisation de ces huiles.
Les Hindous, eux aussi connaissaient tant l’aromathérapie
que le pouvoir des plantes. Ils s’en servaient tant en médecine pour soigner leur corps mais aussi simplement
pour leur bien-être en utilisant les HE lors de massages.

Partons maintenant en Chine, où là aussi, il a été prouvé que la civilisation chinoise utilisait les huiles essentielles et la phytothérapie depuis plus de 2500ans avant Jésus Christ.
Les Chinois, comme à peu près tout dans leur vie, avaient
classés les plantes et les huiles suivent le principe Yin (féminin) ou Yang (masculin).
Ainsi ils utilisaient la nature en suivant ces deux grands principes de l’Univers afin de les rééquilibrer.

Il considère également que les HE ont une certaine influence sur les chakras et les corps énergétiques et donc, leur croyance est que les chakras sont chacun influencés
par des HE bien spécifiques.
Tout comme les Égyptiens, les Grecs de l’antiquité utilisaient eux aussi les HE et principalement pour soigner les maladies psychologiques.
Ils utilisaient les HE et la phytothérapie de manière à calmer,  relaxer ou au contraire tonifier et stimuler.
Ils avaient remarqué les effets que pouvaient avoir les plantes sur l’humeur.

Hippocrate lui-même, père de la médecine (d’où le serment d’Hippocrate prononcé par les médecins)
 recommandait l’utilisation des plantes et des aromates, en bain ou en massage,  afin de s’assurer une bonne santé.
 Lui aussi regardait l’homme dans son entièreté et prônait l’équilibre entre l’esprit,  le corps et l’âme.
Ainsi, tout comme les Chinois, il considérait qu’il fallait non
seulement traiter les symptômes de la maladie mais aussi la cause.

N’oublions pas les Romains qui se sont également
intéressés à connaître les plantes et leur pouvoir.
Ce sont les croisades et les invasions musulmanes qui ont amené en Europe,les principes de distillation et d’extraction des huiles essentielles.

Ainsi, depuis le13ème siècle, l’Europe a commencé à extraire ces précieuses matières, mais ce n’est
qu’au 16ème siècle que cette production connut un véritable essor.
L’aromathérapie que nous connaissons doit son nom à un chimiste français René Gattefosse, et date de 1930 seulement.

Les huiles essentielles sont extraites des plantes en utilisant différents procédés: distillation à la vapeur d’eau, par pression à froid, par solvant à l’alcool, soit en utilisant deux méthodes en même temps.
Les HE que l’on obtient ainsi sont pures et excessivement puissantes.

  Elles portent finalement mal leur nom car ces
extraits ne sont pas forcément huileux. Je n’entrerai pas ici dans le détail des principales molécules qui composent les huiles essentielles,il faudrait écrire un livre
entier rien que pour vous les détailler correctement. Rappelez-vous simplement que ce n’est pas parce que ce sont des substances naturelles qu’elles sont inoffensives !